Branler

Verbe d’usage infiniment banal jusqu’au XVII°siècle dans le sens de bouger, remuer, agiter. Sa signification sexuelle s’est très vite imposée ensuite, dans le vocabulaire poétique, dans les calembours : désigne l’acte de masturbation. Dans sa forme intransitive « se branler », la généalogie du terme est aussi ancienne, prouvant que l’émotion érogène qui s’attache au vocabulaire n’est pas forcément liée à sa « modernité », mais peut comme ici traverser des générations.

« retour au lexique