Anilinctus

Le léchage de la zone anale entre au répertoire des conduites érogènes qui précèdent habituellement le coït, mais il est peu commun car il implique une réciprocité des affinités et de la confiance. Chez les homosexuels, où l’action portait autrefois le sobriquet de « feuille de rose », la crainte des contaminations virales en limite l’usage. Anal Indique dans la presse échangiste* l’attrait de l’annonceur pour la sodomie, les pénétrations instrumentales ou le fist*.

« retour au lexique